Archives de l’auteur

TimMassilia

This information box about the author only appears if the author has biographical information. Otherwise there is not author box shown. Follow YOOtheme on Twitter or read the blog.

Selon les Notaires de France, la baisse du marché de l’immobilier se généralise et affecte désormais l’ensemble du territoire. Pour Paris et les autres agglomérations et villes moyennes, la chute devrait se poursuivre à un rythme toutefois un peu moins soutenu.

Selon l’indice Notaires-INSEE, au troisième trimestre 2014, les prix des logements anciens en France métropolitaine baissent de 0,6{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} par rapport au trimestre précédent. Les prix des appartements anciens continuent de baisser (-0,9{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} après -0,4{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}). Les prix des maisons, quant à eux, sont quasi stables (-0,3{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} après +0{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}).

Sur un an, les prix des logements anciens diminuent de -1,2{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}, après -1,3{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} au deuxième trimestre. Ce recul concerne plus les appartements (-1,8{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}) que les maisons (-0,8{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}). Les notaires soulignent qu’en 2014, les villes moyennes ont connu pour certaines des baisses avoisinant les 10{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}, tandis que dans certains secteurs ruraux, hors agglomération, des baisses de 20{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} voire plus ont été constatées.

En Ile-de-France, au troisième trimestre 2014, la tendance est similaire pour les appartements (-0,8{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} au troisième trimestre et -1,6{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} sur un an). En revanche, le prix des maisons se redresse sensiblement sur un trimestre (+1,6{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}), ce qui limite leur baisse sur un an à 0,5{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}. De ce fait aussi, les prix sont globalement stables sur un trimestre ; sur un an le rythme de baisse est le même qu’en province (-1,2{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}).

En province, les prix des logements anciens diminuent au troisième trimestre 2014 (-0,8{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}). Cette baisse est plus marquée pour les appartements (-1,1{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}) que pour les maisons (-0,7{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}). Sur un an, les prix des logements anciens continuent donc de baisser en province (-1,2{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} après -1,1{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} au deuxième trimestre). Là encore, le recul est plus marqué pour les appartements (-1,8-{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}) que pour les maisons (-0,8{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}).

On observe deux phénomènes : la proportion de villes et d’agglomérations qui connaissent des baisses de prix augmente légèrement au troisième trimestre 2014 (environ 60{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}). Comme au trimestre précédent, le marché immobilier résiste mieux dans quelques grandes villes de province (Toulouse, Nice et Nantes). Toutefois, le prix des maisons anciennes dans l’agglomération de Lyon diminue de 2,2{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} sur un an et celui des appartements dans celles de Marseille-Aix et Lille baisse de 2,4{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} et 3,7{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} respectivement.

A fin novembre 2014, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois écoulés est estimé à 707.000 en France métropolitaine, au même niveau qu’il y a un an. Cependant sur les trois derniers mois, ce volume est en baisse de près de 4{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} (on comptait 736.000 transactions en août).

Les projections faites à partir des avant-contrats prévoient une évolution annuelle des prix dans l’ancien de -2,5{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} pour les appartements au niveau national à fin février 2015 et -0,6{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} pour les maisons.

Selon les Notaires, rien ne milite, en ce début d’année, pour une reprise rapide du marché. Cependant s’il n’a pas encore touché le fonds, une baisse accélérée des prix devrait lui permettre de rejoindre plus rapidement une demande qui demeure, pour l’heure, dans l’expectative. Les vendeurs font désormais un effort, mais il est nécessaire que nos gouvernants se rendent compte rapidement que l’immobilier est partie intégrante de l’économie réelle et ne doit plus être considérée comme la vache à lait fiscale du budget de l’État et des collectivités locales.

La prise de décision doit être encouragée et l’investissement privé incité pour permettre de loger, à des prix convenables, une population qui ne cesse d’augmenter et qui réclame des logements de qualité et énergiquement économes.

Source : Note de conjoncture immobilière n° 26 – Janvier 2015

www.notaires.fr

Veuillez prendre note de l’information suivante :

La loi n° 2010-238 du 9 mars 2010 rend obligatoire l’installation de détecteurs de fumée dans les lieux d’habitation.

Au plus tard le 8 mars 2015, tous les logements devront être équipés d’au moins un détecteur autonome avertisseur de fumée (DAAF).

Le détecteur doit être fourni et installé par le propriétaire du logement, que celui-ci occupe son logement ou le mette en location, d’ici le 8 mars 2015.

Avant cette date et si le logement est occupé par un locataire, une alternative est offerte au bailleur qui peut, soit fournir le détecteur à son locataire, soit lui rembourser l’achat. Dans ce cas, il appartiendra au locataire de procéder à la pose du détecteur.

La sensation de confort est une affaire très personnelle. Concernant l’usage de l’eau, chacun a ses habitudes. Mais à la fin de l’année, la facture des uns est beaucoup plus lourde que celle des autres. Voici quelques repères pour vous aider à mieux maîtriser votre consommation.

La sensation de confort est une affaire très personnelle. Certains tiennent à prendre des bains, tandis que d’autres ont intégré le fait que la douche est plus rapide et économise jusqu’à cinq fois la consommation d’eau. Ainsi en va-t-il de chaque usage de l’eau. Mais à la fin de l’année, la facture des uns est beaucoup plus lourde que celle des autres.

La moyenne française par personne se situe aux environs de 120 litres par jour mais certains consomment autant qu’un américain. Ceux-ci font un usage beaucoup plus immodéré de l’eau. Leur moyenne avoisine 400 litres par jour et par personne.

Les plus insouciants se trouvent au Moyen Orient. Dans les Emirats qui, comme chacun sait, ne brillent pas par l’abondance des ressources en eau, la consommation moyenne atteint tout de même 800 litres par jour et par personne… Certes la climatisation en utilise une partie, mais la vraie raison tient au prix de l’eau, insignifiant grâce aux importantes subventions accordées par l’Emir. Pourquoi alors s’en priverait-on ?

En France, la consommation moyenne rapportée au niveau d’un logement de type F3, représente environ 120 mètres cubes par an dont un tiers d’eau chaude sanitaire (ECS). Compte tenu du prix du réchauffement de l’ECS (8 à 10 €/m3) et du prix moyen de l’eau froide du robinet (3,7 €/ m3), la facture globale est d’environ 650 euros par an.

Ce montant variera évidemment si vous avez une chaudière individuelle ou collective, et selon le réglage de cette dernière et la température de chauffe. Pour une chaudière collective, on a l’habitude de considérer qu’environ 20{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} de la consommation en énergie de celle-ci correspond au réchauffage de l’ECS. Le complément, soit 80{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}, correspond aux besoins du chauffage de l’immeuble. Si ce ratio dépasse 25{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}, c’est qu’il y a une anomalie : la température de l’ECS peut être trop chaude, ou le rendement de la chaudière peut être mauvais.

Autre repère utile : lorsque la température de l’ECS est correctement réglée, la consommation moyenne eau chaude sur eau froide est de 1/3 pour 2/3 au niveau de l’immeuble. En revanche, si l’ECS arrive à une température trop élevée, on est contraint de la mélanger à de l’eau froide pour prendre une douche, et le ratio précédent diminue. A contrario, si ce ratio dépasse 40{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7}, l’anomalie est inverse.

Voilà donc quelques repères que vous pourrez contrôler grâce à vos compteurs individuels. En général, quand on se rapproche de ces standards, une économie d’environ 15{5e7c9ed04859321ebf8e3fe76e43cd3d347d5e9177f77e9bbfede38b234900f7} est au rendez-vous.